Une maison pour les grands et les petites


p1000185
Le compostage ou la maison des toutes petites bêtes – Quatrième jour aux Péranches

Que pouvions-nous apporter à l’aube de ce petit monde aux Péranches ? Ce fut tout trouvé en allant faire un tour dans le jardin
potager. Comme beaucoup d’autres, ils cultivent avec les principes de la permaculture – Vincent, le compagnon de Marie, s’est
formé. Ils ont dessiné un mandala avec des buttes et des carrés. À l’automne, et parce que la saison haute a bien fatigué l’ensemble des familles, nous avons du mal à nous repérer. Le renforcement des buttes par de gros troncs aidant, les découvertes sont
multiples en aromatiques et en plants montés en graines. Celles de fenouil sont très bonnes pour les femmes enceintes et mères allaitantes ainsi que la digestion, alors que les feuilles de sauge, très bonnes pour la digestion, sont contre-indiquées dans le premierp1000161 cas. La petite visite faite, nous découvrons deux composteurs remplis à ras bord. Euréka ! Nous nous lançons dans la construction d’un composteur par récupération de palettes ! En voilà quatre qui seront parfaites, même si bien sûr aucune ne ressemble à l’autre. La récup’, c’est chouette, mais cela nécessite quelques réflexions quant à l’assemblage, quelques coups de scie et de marteau. Et autant dire qu’il y a des chances pour que les palettes se compostent en même temps que les déchets. Pour autant notre premier composteur, made by Détours Alternatifs, il est trop beau ! Et la beauté, c’est vraiment quelque chose d’important pour Lucile. Nulle superficialité au programme, juste un besoin de magnifier la création humaine : « parce que s’il est moche, eh bien personne ne voudra s’en occuper, alors qu’il y a quelques règles à respecter »…

Le compostage

C’est la transformation des déchets organiques issus de l’activité humaine en compost. La décomposition de ces matières est tout à fait naturelle, mais les techniques de compostage varient en fonction de ce qu’on veut en faire. Ce qui compte, c’est l’équilibre entre les matières vertes et les matières brunes. Concrètement, quand vous mettez votre seau de déchets verts, vous rajoutez un seau de feuilles mortes par exemple. Aux Péranches, il est question de réduire les déchets et de produire du compost pour le potager. On y met donc les déchets de cuisine, mais aussi le papier… et les couches biodégradables ! Avoir des enfants et vouloir mener une vie au plus près de l’écologie, ce n’est pas une mince affaire ! Nous avions entendu parler d’un village qui s’était organisé avec une laverie commune pour les couches de leurs bambins ! Mais que fait-on quand on n’a pas de machine à laver sur place ?

Dans ses formations, Vincent a entendu parler qu’en Inde, un chercheur avait constaté dans une montagne de déchets que tout, absolument tout, s’était décomposé, plastique et pneus compris, d’où les couches dans leur compost.

p1000181

Les conditions de compostage devaient être optimales, car malheureusement, même dans les bois, il arrive encore fréquemment de tomber sur de vieux déchets si peu entamés par les ans… Vous pouvez déjà commencer par vos déchets de cuisine et vous verrez que vous n’aurez plus à sortir vos poubelles aussi souvent…

L’habitat des grands

Le soir, nous sommes invitées par Magalie, Guillaume et leur fille Roxane. La yourte qu’ils occupent, Guillaume l’a construite il y a 10 ans ! Une petite excroissance est apparue il y a peu pour accueillir sa fille ainée. C’est vrai que, depuis que nous découvrons les habitats légers, nous n’y trouvons que des avantages… sans penser qu’ils hébergent très souvent des familles et qu’un jour les enfants seront grands. Guillaume a donc construit une mini yourte reliée à la grande pour accorder de l’intimité à sa fille. Mais est-il possible de faire de même avec une figue ? Nous sommes certaines que Guillaume en a une idée, mais il attendra sûrement que la question se pose… On ne vous a pas encore dit, mais Guillaume est aussi un des fondateurs de La Frênaie. Nous avons découvert cette association poitevine grâce à Nature Créative, l’écolieu au nord de Bourgueil : des habitants avaient fait appel à La Frênaie pour construire leurs yourtes. Si Guillaume n’en fait plusimg_2220 partie, la question de l’habitat, c’est son truc ! Il a donc créé l’association « Habitat Libre en Poitou », dont nous avons rencontré la présidente en début de semaine. Outre le fait qu’elle sert de structure pour son activité, dont la construction des figues, elle interroge sur l’habitat dans notre société. On peut acquérir une yourte avec peu de matériaux pour 10 000 euros et vivre dedans à l’année… La figue de Guillaume, pour le moment, coûte entre 6 et 10 000 euros.

Le logement, c’est une question que nous ne maîtrisons pas encore. Nous constatons simplement à Chinon que le centre-ville se désertifie tant en particuliers qu’en commerces. Espérons que ce voyage nous ouvrira des portes… vers d’autres maisons !

 

p1000224

Vous y mettre ?

La gestion des déchets à Chinon avec le SMICTOM

Vous pouvez vous procurer un composteur auprès du SMICTOM à Chinon : http://www.smictom.com/index.php/je-reserve-mon-composteur/

Habitat Libre en Poitou

https://www.facebook.com/Habitats-Libres-en-Poitou-864925020287161/?fref=ts

La Frênaie

Fabrication de yourtes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *