En chemin vers la sobriété heureuse…


Un esprit libre

p1000247
Direction les Deux-Sèvres, c’est notre premier grand trajet en stop ! Nous choisissons de petites routes de campagne pour éviter Poitiers et privilégier de belles départementales. Les premières personnes à nous proposer de monter sont des mamans, siège auto plein ou vide. Quand ce ne sont pas des sauts de puce, nous prenons le temps de discuter avec un routier polonais ou un futur commissaire en formation sur la levée de la Loire. L’arrivée à Chey est chargée d’émotion…

Nous y retrouvons Marie-Laure connue à Chinon. Elle est retournée dans les Deux-Sèvres il n’y a que quelques mois. Cette étape se fait sous le signe de la simplicité… 45 m² en deux pièces et une cuisinière à bois nichés dans un corps de ferme abandonné dont les bâtiments ne demandent qu’à se réveiller. Autour, la faune, la flore, la campagne… et des vaches… Dans ce logement, nous faisons chauffer l’eau chaude, chacun se lave dans une bassine « à l’ancienne » et les besoins se font dans l’appendice. Des toilettes sèches sont en réflexion… Arrivée au début de l’été, Marie-Laure a réussi un réel tour de force en créant en quelques jours un potager surélevé dont la production nous fait rêver ! Ici, l’environnement est propice à la quête du bonheur intérieur. Marie-Laure a une p1000254ouverture d’esprit rare et précieuse. Elle ne tarde pas à nous livrer sa vision de la sobriété heureuse « mon essentiel, mon essence ciel, cet alignement » et son rapport avec le monde. Tout nous parait un peu magique ici, le temps même semble nous suivre et non l’inverse…

En chemin vers la sobriété heureuse…

Elle nous parle d’une ancienne location à 510 € mensuel, de ses souvenirs quand son esprit était encore façonné par la société de consommation. « Je me sentais perdue. Impossible de réduire les coûts du quotidien. » Depuis que sa fille est adulte, désormais seule, une de ses aspirations est de ne plus être majoritairement inféodée au système. Cette petite location lui permet d’être en adéquation avec cette motivation. Son côté trappeur peut enfin s’exprimer ! Etre en autosuffisance sur le jardin est un objectif qu’elle désire atteindre. Nous l’écoutons attentivement…

« La sobriété heureuse doit permettre de retrouver le sens plein de la Vie…

Il s’agit d’être en cohésion avec le milieu naturel. Lorsque je suis arrivée en ce lieu, ma priorité était de reconstruire mon jardin. J’ai d’abord observé ce que la nature m’offrait. J’ai utilisé les herbes de fauchage, les déchets accumulés par ci, par là pour les adjoindre à l’humus que je fabrique… et transporte ! Tout y a poussé avec énergie. Merci la Vie ! J’observe sans arrêt ce nouveau lieu. Je découvre sans cesse des plantes au fil des saisons. L’observation est primordiale. Si je prends l’exemple des plantes médicinales, si nous y regardons de près, nous avons ce dont nous avons besoin près de nous. Pas besoin d’importer. Nous avons sur chaque continent des plantes diversifiées aux propriétés identiques qui ont la capacité de nous soigner. A nous de nous connaître et de les découvrir… Passionnant ! »

Qu’est-ce que la vie ? Pourquoi suis-je sur Terre ?

« Ma réponse est universelle. Je pense que nous sommes là pour nous améliorer, développer nos bons côtés, combattre nos peurs, grandir de nos erreurs. Mais nous sommes à des stades différents d’évolution. L’entraide prend tout son sens. L’empathie et la bienveillance p1000252doivent s’animer au côté de l’écoute et l’ouverture. La pensée positive individuelle, énergie essentielle si enrichissante, nourrit également la sphère de la pensée collective. Ce n’est pas rien. Il est important, en ces temps bousculés, d’amplifier ces pensées positives pour résister puis gagner de l’ampleur face à la pensée négative, au chaos. Nous pouvons nous créer un monde meilleur. Ne sommes-nous pas en chemin déjà ? Ne nous laissons pas distraire et distancer par le monde et ses ambiguïtés. Rapprochons-nous de notre essence intérieure primordiale. Ce voyage m’intéresse, est intéressant. Il me semble que vous êtes en chemin aussi et cela me réjouit grandement. »

De quoi ai-je besoin pour être heureuse ?

« Une pleine conscience, une ouverture intérieure. Comme éplucher un oignon, j’enlève couche par couche. Un travail de toute une vie que chacun peut pratiquer. Patience et confiance ! Utiliser l’eau potable dans le respect de tous les peuples, rompre avec le tout électrique pour garder son autonomie matérielle, mesurer ses besoins, se poser la question à chaque achat : « Ai-je besoin de cela pour vivre heureux ? », goûter le plaisir de l’existence, des rencontres connues et renouvelées, remercier la vie de la nourriture donnée, récoltée, achetée, écouter la vie, observer, admirer, contempler… Le bonheur est autour de nous sans cesse, même dans le pire, c’est terrible à dire, à entendre mais le pire a aussi son message positif : il doit nous rassembler pour aller vers le meilleur. Ne doutons pas ! Le pire est la maladie du monde. Nous sommes malades collectivement. Nous savons guérir individuellement, nous saurons guérir collectivement.

Les réseaux alternatifs nous proposent toutes sortes de témoignages vivants, de guérisons en marche. Les idées alternatives sont en augmentation. De plus en plus de jeunes s’interrogent et passent à l’acte…

Vous êtes un de ces exemples et vous connaître est un de mes plus chers bonheurs, une de mes plus belles motivations retrouvées pour aller de l’avant ! Merci à vous ! »

Et ces énergies qui nous entourent, qui nous habitent ?

« La vie incarnée débute à la naissance et se termine à la mort. Mais je pense que la Vie existe au-delà. Il y a un environnement énergétique complexe qui nous dépasse. La noétique* et la recherche quantique** travaillent à cette connaissance. Ce monde invisible effraie la plupart d’entre nous. Mais réfléchissons à ce que nous utilisons : la radio, la télévision, l’Internet… Nous acceptons le fait qu’un câble ou une onde (Wifi par ex.) nous transmettent une voix, une musique, une image… des voix, des musiques, des images… p1000250Ces phénomènes (originellement naturels et modérés), que notre modernisme utilise à outrance, ne sont pas sans influences sur notre personne car ces champs électromagnétiques et autres nous traversent et nous impactent : nous sommes composés d’eau… Un appel à la modération… Mais revenons à l’onde de notre voix, le chant de nos paroles. Penser avec bienveillance, parler avec bienveillance, à soi-même, aux autres me paraissent les outils d’une avancée collective vers le mieux-être. Nous pouvons agir sur ce qui nous habite. J’invite chacun à la réflexion et à s’aligner sur cette fréquence. »

Le lien au sol, la transmission

« Au sein des courants alternatifs, nous sommes beaucoup entre nous. Difficile, alors que nous sommes ouverts, de faire venir à nous des personnes non convaincues.

C’est pourtant par l’exemple, par la démonstration de l’expérience que le nouveau chemin s’ouvre, s’offre.

Rappelons-nous qu’utiliser dix litres d’eau potable pour évacuer un pipi est monstrueux quand un être, à l’autre bout du monde, n’a que deux litres d’eau potable pour vivre par jour ! Nous commençons à le comprendre. Nous utilisons pourtant les déjections des animaux d’élevage pour régénérer la terre cultivée… et parfois les nôtres lorsqu’il y a besoin de vider les fosses septiques. Les agriculteurs agréés mélangent alors nos déjections avec celles de leurs animaux puis après un temps requis, les épandent sur les blés… A l’heure où les élevages diminuent et les besoins en matière organique augmentent, à l’heure où le traitement de l’eau potable coûte de plus en plus, n’y a-t-il pas un chemin à éclairer pour changer le système ?

Comment s’harmoniser à grande échelle au fonctionnement de notre écosystème qui est impeccable et que nous fragilisons ? Retrouver le lien au sol, retrouver notre humble place dans notre environnement, respecter les animaux, les végétaux (fini les mauvaises herbes !), les arbres, prélever juste ce dont nous avons raisonnablement besoin, se rendre transparent dans l’impact de la grande Vie…

Suivons les Colibris, Terre de Liens***… Semons ces belles graines dans le cœur de nos enfants !

Quel beau sens à la Vie. Nous croyons que le temps passe, mais c’est nous qui passons, a dit je ne sais plus qui… Combien cela est vrai… Transmettons le beau, le bon, le bien, voilà un sacré challenge accessible à chacun d’entre nous et merci les filles d’être en chemin. »

Merci Marie-Laure pour ton accueil et d’avoir partagé ton expérience, ton engagement, ton énergie et ton enthousiasme ! Nous, ça nous inspire et nous encourage… Et vous ?

p1000440
*La noétique : Entre autres, l’étude de la nature et du fonctionnement de l’intellect humain. (source : Wikipédia)

** La recherche quantique : Les théories dites « quantiques » décrivent le comportement des atomes et des particules et permettent d’élucider certaines propriétés du rayonnement électromagnétique. (source : Wikipédia)

*** Terre de Liens : « Enrayer la disparition des terres agricoles, alléger le parcours des agriculteurs qui cherchent à s’installer, et développer l’agriculture biologique et paysanne. » https://www.terredeliens.org

 

Envie de partir en quête de votre sobriété heureuse ?

Vers la sobriété heureuse, de Pierre Rabhi

http://www.pierrerabhi.org

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *